CAMEROUN ÉCONOMIE

Soudan : le Premier ministre civil Abdallah Hamdok annonce sa démission

Soudan : le Premier ministre civil Abdallah Hamdok annonce sa démission


L’économiste de l’ONU devenu Premier ministre du Soudan Abdallah Hamdok a annoncé sa démission dimanche soir, 2 janvier 2022, après une nouvelle journée de manifestations qui ont fait au moins trois morts. Hamdok était revenu au pouvoir il y a moins de deux mois, dans le cadre d’un accord politique avec l’armée.

Il a finalement annoncé sa démission dimanche dans une allocution télévisée à la nation.  » J’ai fait de mon mieux pour empêcher le pays de sombrer dans la catastrophe alors qu’il passe aujourd’hui un tournant dangereux qui menace son existence même […] compte tenu des conflits entre les composantes (civiles et militaires) de la transition […] Malgré tout ce qui a été fait pour parvenir à un consensus […] Cela n’arrive pas expliqua-t-il notamment.

Mais en raison de la « fragmentation des forces politiques et des conflits entre les composantes de la transition », il ne voit pas d’autre solution que de démissionner.

Cette démission ne surprendra pas les Soudanais. Hamdok avait menacé à plusieurs reprises d’annuler l’accord politique qu’il avait conclu avec la junte en raison de l’absence de consensus. Il a lutté pour trouver des volontaires civils pour former un gouvernement avec lui.

Les Soudanais, dont beaucoup ont s’est encore manifesté ce dimanche, le considérait comme un «  traitre « Ce qui a aidé l’armée à » faciliter le retour à l’ancien régime Trois personnes ont été tuées par les forces de sécurité, selon l’association des médecins proches du mouvement de contestation lors de la journée des manifestations.

Prise de contrôle de l’armée en octobre

En août 2019, il incarnait l’espoir de transférer le pouvoir aux civils : il partagera un temps la direction de ce grand pays d’Afrique de l’Est, l’un des plus pauvres au monde, avec les militaires, presque toujours aux commandes depuis les indépendances.

Cet homme de 65 ans à la moustache grise est ensuite rentré au Soudan dans la foulée de la « révolution » qui aurait renversé Omar el-Béchir en 2019, aurait pris les rênes. Il aurait été entouré uniquement de civils pour organiser les premières élections libres après trois décennies de dictature militaro-islamique.

Mais le 25 octobre, à l’aube, des militaires ont débarqué à son domicile et l’ont emmené avec sa femme auprès du général Abdel Fattah al-Burhan. Le chef de l’armée a annoncé la dissolution de toutes les institutions du pays peu de temps après, mettant ainsi un terme à la transition démocratique.

De « otage » à « traître »

Un mois plus tard, le 21 novembre, le Premier ministre, arrivé au pouvoir grâce au soutien des partisans d’un transfert complet du pouvoir aux civils, a été libéré de l’assignation à résidence. Il était dans la même situation aux termes d’un accord contesté avec le même général Burhan, qui avait promis de libérer tous les prisonniers politiques. Dans le même temps, il était appelé dans la rue, qui depuis longtemps réclamait la libération de son héros » otage « , une «  traitre « Ce qui, en s’alliant avec les militaires, a en fait facilité » le retour à l’ancien régime ».

Lire aussi Soudan : pourquoi Abdallah Hamdok échoue à former un gouvernement

Abdallah Hamdok, a-t-il plaidé de bonne foi, assurant vouloir faire  » arrêter l’effusion de sang « Face à une répression qui a fait une cinquantaine de morts et de secourus » les acquis de la révolution » Au pays encore en train de revenir au concert des nations. Mais le 19 décembre, pour le troisième anniversaire du lancement du  » révolution « il a reconnu » un grand pas en arrière sur la voie révolutionnaire », dénonçant les violences et les blocages politiques.

.

#Soudan #Premier #ministre #civil #Abdallah #Hamdok #annonce #démission

The post Soudan : le Premier ministre civil Abdallah Hamdok annonce sa démission appeared first on Cameroon Magazine.

Related posts

Leave a Comment

WayOut CM uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More