CAMEROUN ÉCONOMIE

RDC : le diplomate onusien Jean-Pierre Lacroix exprime la colère de la population de Beni. à l’épreuve

RDC : le diplomate onusien Jean-Pierre Lacroix exprime la colère de la population de Beni.  à l’épreuve


Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, est à Beni depuis hier pour évaluer la situation sécuritaire dans cette région, où des milliers de personnes sont mortes en près de huit ans.

Avec notre envoyé spécial à Beni, Pascal Mulegwa

Le chef adjoint de l’ONU a écouté avec mécontentement les forces de sécurité congolaises et les organisations de la société civile. Plus d’une heure de discussion sous une tente dans le quartier de la Monusco pour déterminer la situation sécuritaire.

► À lire aussi : RDC : week-end meurtrier dans le territoire de Beni, touché par plusieurs attentats

Par exemple, la société civile a constaté que depuis que les Casques bleus ont enregistré la plus grosse attaque contre leur base en 2017, qui a fait une dizaine de morts dans leurs rangs, la brigade d’intervention (FIB) de la MONUSCO a perdu son sens du théâtre. Des allégations que le général de brigade Bertin Mputela, commandant des opérations Sukola1, de l’armée congolaise, n’a pas confirmées à RFI.

Cet officier n’a pas mâché ses mots lors de la rencontre avec le responsable de l’ONU. Pour lui, la coopération entre l’armée et la mission onusienne est mise à mal par le retard dans la fourniture d’informations par la MONUSCO, qui soutient également l’armée congolaise en carburant, évacuations sanitaires et rations.

Rien ne change pour la société civile

Autre difficulté, l’armée en sous-effectif peine à occuper tout le territoire de Beni.  » Le territoire est immense, le Congo est immense. Il sera difficile de placer une section par village. J’ai commencé un système de patrouille de combat, donc entre les unités. Ce qui a quelque peu tenté de réduire la tuerie de la population. Les rebelles attaquent les civils là où il n’y a pas de soldats. C’est comme hier, hier on a frappé, j’étais allongé par terre moi-même. Nous avons frappé à la porte, mais quand ils ont commencé à chercher, ils ont commencé à déranger la population parce qu’il n’y avait pas de militaires. » explique le général de brigade Bertin Mputela.

Rien n’a changé pour la société civile depuis des années. L’alliance FARDC-Monusco est trop sur la défensive. Jules Mathé, envoyé provincial du parlement des jeunes, y a insisté pour Jean-Pierre Lacroix : « Le peuple, au contraire, voulait que les militaires et la Monusco puissent suivre ces ennemis où qu’ils soient. Il n’y a donc jamais eu d’attentats sans que le public soit prévenu. Mais nous sommes dans la légèreté et cette légèreté fait perdre aux gens leurs vies et leurs biens et même leur patrimoine. »

Les pertes ont encore augmenté sous la loi martiale. La société civile parle de plus de 1 000 civils tués en cinq mois dans la région de Beni et la province voisine de l’Ituri. Selon les autorités, la situation se serait détériorée sans cette mesure exceptionnelle, vivement critiquée par l’armée, l’opposition et les organisations de la société civile.

.

#RDC #diplomate #onusien #JeanPierre #Lacroix #exprime #colère #population #Beni #lépreuve

The post RDC : le diplomate onusien Jean-Pierre Lacroix exprime la colère de la population de Beni. à l’épreuve appeared first on Cameroon Magazine.

Related posts

Leave a Comment

WayOut CM uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More