CAMEROUN ÉCONOMIE

Procès pour meurtre à Sankara : un premier prévenu raconte les événements

Procès pour meurtre à Sankara : un premier prévenu raconte les événements


Au Burkina Faso, le procès des assassins présumés du président Thomas Sankara et de ses 12 associés assassinés a touché le fond. Un accusé, qui est l’une des figures clés des événements du 15 octobre 1987, a reconnu les faits, mais a déclaré devant le tribunal qu’il ne pouvait pas se souvenir de toutes ses actions le jour du coup d’État.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudanic

Accusé de meurtre au premier degré de concert avec Hyacinthe Kafando, et de complicité d’atteinte à la sûreté de l’État, le soldat de première classe Élysée Ilboudo était chauffeur dans la garde de Blaise au moment des faits.

« je reconnais les faits », répond le suspect à la barre après avoir présenté les charges retenues contre lui. Il explique que le 15 octobre, le commando est parti du domicile de Blaise Compaoré à bord de deux véhicules commandés par l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando. «  Au Conseil de l’Entente nous nous sommes arrêtés au pied-à-terre de Blaise Compaoré. Hyacinthe et les autres sont allés dans un appartement et sont descendus » poursuit le soldat.

Dans son récit, Élysée Ilboudo précise que Hyacinthe Kafando a saisi la direction de son véhicule et l’a pointé contre l’entrée du bâtiment où se tenait le président Sankara.  » Lorsque le véhicule a fait irruption dans la portière, Hyacinthe et ses hommes en sont sortis et dans le désarroi ont ouvert le feu, tuant l’un des gardes du président Sankara pourchassant l’ex-chauffeur de Blaise Compaoré. Puis le suspect poursuit : Le président Thomas Sankara est sorti et a demandé ce qui se passait. En réponse, Hyacinthe Kafando et ses hommes lui ont tiré dessus ».

« Quels types d’armes et de munitions avez-vous utilisés ? » demande le procureur militaire. «  Je ne sais vraiment pas. On avait des kalachnikovs et des pistolets automatiques », répond le suspect, âgé de 28 ans au moment des faits.

Selon l’OM, ​​les résultats des analyses après les fouilles ont montré qu’il s’agissait de bombes incendiaires, d’explosifs et de munitions ordinaires qui ont été utilisées pendant le coup d’État.

► À lire aussi : Affaire du meurtre de Thomas Sankara : des témoins entendus à distance

L’ancien ministre français Jack Lang prêt à témoigner

Le tribunal a adopté lundi une liste de 60 témoins. Parmi les noms qui figurent, figurent trois personnalités françaises, dont Jean-Christophe Mitterrand, fils de l’ancien président puis son conseiller aux affaires africaines, Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères, et Jack Lang, ancien ministre de la Culture. Après avoir contacté RFI, les intéressés ou leur avocat ont confirmé qu’ils n’avaient pas été informés de leur assignation. Cependant, Jack Lang a déclaré qu’il était prêt à répondre aux questions du tribunal.

► À lire aussi : Affaire du meurtre de Thomas Sankara : des témoins entendus à distance

Je suis prêt à donner un témoignage humain et personnel […] François Mitterrand n’était pas pro-impérialiste […] Je ne peux pas imaginer une seconde [que la France et François Mitterrand ait pu jouer un rôle, NDLR]. J’ai souvent parlé avec François Mitterrand de Thomas Sankara. Il avait beaucoup de sympathie et d’amitié pour lui.

{« mediaId »: »WBMZ97708-RFI-FR-20211026″, »sources »:[{« name »: »WBMZ97708-RFI-FR-20211026″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202110/BURKINA_FASO_Son_MATIN_-_SON_Jack_Lang_pret_a_temoigner_au_proces_Sankara.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Jack Lang »}}

Jack Lang

.

#Procès #pour #meurtre #Sankara #premier #prévenu #raconte #les #événements

The post Procès pour meurtre à Sankara : un premier prévenu raconte les événements appeared first on Cameroon Magazine.

Related posts

Leave a Comment

WayOut CM uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More