CAMEROUN ÉCONOMIE

Le procès du meurtre de Thomas Sankara reprend au Burkina Faso

Le procès du meurtre de Thomas Sankara reprend au Burkina Faso


Ce procès, qui a débuté le 11 octobre, a été reporté dès le premier jour, pour laisser plus de temps à la défense pour se préparer. Du côté des parties civiles, confiance et impatience s’entremêlent.

Dans cette affaire, il y a 14 prévenus dont deux absents : Blaise Compaoré, l’ancien président burkinabè et ami de Thomas Sankara, et Hyacinthe Kafando, son chef spécifique de la sécurité. Blaise Compaoré est soupçonné d’avoir commandité le meurtre et d’avoir exécuté Hyacinthe Kafando. Trente-quatre ans après les faits, l’ouverture de ce processus est historique. Reporté dès le premier jour, il reprendra ce lundi.

Au cours de cette deuxième journée, les parties doivent déclarer leurs exceptions. Il s’agit principalement de la défense de mettre en lumière d’éventuels vices de procédure pouvant conduire au rejet ou à l’annulation de tout ou partie de la procédure. Il s’agit d’une méthode de report tout à fait classique, et le dossier d’enquête, qui fait plus de 20 000 pages d’épaisseur, peut prendre plusieurs jours pour lever toutes les exceptions.

Confiance et déceptions entre les parties civiles

« Nous sommes confiants, nous sommes prêts depuis longtemps et la consigne est bien ficelée », rassure Ambroise Farama, avocat de la famille Sankara.  » Le forum sur la réconciliation nationale est prévu en janvier, personne ne veut étirer les choses », ajoute une source proche de l’affaire.

Même détermination avec Smockey, porte-parole du Citizen Broom.

Nous savons que les avocats de ces personnes feront tout en leur pouvoir pour ralentir le plus possible le processus. […] Cela dit, si on pouvait attendre 34 ans, le plus important c’est que la loi soit votée et que la bonne décision soit prise. Il s’agit d’un témoignage historique emblématique d’une grande importance non seulement pour le Burkina Faso, mais aussi pour le continent africain. […] Cela permettrait de rouvrir d’autres dossiers encore dans le tiroir, pas seulement de la période dite révolutionnaire, je parle de tous les crimes économiques et de sang commis de 1960 à nos jours. Si on veut que les Burkinabè aient un peu confiance en leur justice, montrent l’exemple et […] même si ça fait mal de punir tous les coupables.

{« mediaId »: »WBMZ97116-RFI-FR-20211024″, »sources »:[{« name »: »WBMZ97116-RFI-FR-20211024″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202110/OK_BURKINA_FASO_Son_MATIN_Smockey_Balai_citoyen_sur_les_attentes_de_10_19_2021-15.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Smockey »}}

enfumé

Côté famille, en revanche, on s’impatiente. Bien que prévisible, le non-lieu au début du procès a pesé sur le moral.  » On sait que c’est un marathon, alors on se dit que chaque kilomètre compte, mais c’est quand même long » Marche un parent de la victime.

Autre déception : la certitude de l’absence de Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando. Les deux prévenus avaient dix jours à compter du 11 octobre pour comparaître devant le tribunal. Ce mandat a expiré et ils seront donc jugés par contumace. L’ancien président a été renversé par un soulèvement populaire en 2014 et vit désormais en Côte d’Ivoire. Son avocat, Maître Pierre-Olivier Sur, confirme qu’il ne viendra pas.

Nous n’avons toujours pas le dossier et nous ne pouvons donc pas le défendre dans le cadre de ce qu’on appelle un procès équitable. Qui plus est, qui accepterait qu’un avocat puisse être jugé sans être informé des charges retenues contre son client et sans avoir accès au dossier ? […] C’est un processus simulé. Nous ne pouvons pas être accusés de lâcheté en ne nous présentant pas au procès si nous n’avons pas reçu copie du dossier.

{« mediaId »: »WBMZ97117-RFI-FR-20211024″, »sources »:[{« name »: »WBMZ97117-RFI-FR-20211024″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202110/OK_BURKINA_FASO_Son_MATIN_Reprise_du_proces_Compaore.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Maitre Pierre Olivier Sur »}}

Maître Pierre Olivier Sur

Thomas Sankara, ancien président et leader de la révolution, a été assassiné le 15 octobre 1987, ainsi que douze de ses associés.

A lire aussi : Procès Sankara : Blaise Compaoré « s’enfuira jusqu’à quand ? » demande Mariam Sankara

.

#procès #meurtre #Thomas #Sankara #reprend #Burkina #Faso

The post Le procès du meurtre de Thomas Sankara reprend au Burkina Faso appeared first on Cameroon Magazine.

Related posts

Leave a Comment

WayOut CM uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More