CAMEROUN ÉCONOMIE

Guinée : le ministre de la Justice limogé et remplacé par la junte au pouvoir

Guinée : le ministre de la Justice limogé et remplacé par la junte au pouvoir


Ce lundi 3 janvier, Moriba Alain Koné a pris ses fonctions de ministre de la Justice et des Droits de l’Homme. Ce transfert intervient trois jours après qu’un dysfonctionnement au sommet a été révélé au grand jour : Fatoumata Yarie Soumah, l’ancienne garde des sceaux, a été limogée par la junte au cours du week-end. Point suivant : un désaccord avec des responsables de la présidence sur le fonctionnement de son département.

Tout a commencé par une réunion convoquée par la présidence avec les magistrats pour leur donner le  » droit pénal politique de la transition Le 2 janvier, une réunion s’est tenue, sans l’approbation du ministre de la Justice.

Fatoumata Yarie Soumah, dans une lettre au secrétaire général de la présidence, le colonel Amara Camara, a exprimé son désaccord : pour elle, les procédures ne sont pas respectées par la junte.

La politique de justice pénale de la transition » ne se dispute pas entre le président de transition et le personnel du ministère de la Justice, elle écrit, mais entre le Président de la Transition, le Premier Ministre et le Ministre de la Justice », souligne Fatoumata Yarie Soumah, qui demande l’annulation de cette audience. En réponse, le ministre a été limogé ce week-end.

Certaines sources évoquent également une accumulation de frustrations vécues par ce notaire : avant cet épisode, la ministre avait vu sa liste de propositions de nomination des magistrats partiellement amendée, sans avoir été consultée au préalable…

Autre sujet de discorde, la décision de la junte de rebaptiser l’aéroport de Conakry Ahmed Sekou Touré en l’honneur de l’ancien président, un personnage trop conflictuel aux yeux de l’ancien ministre.

Dysfonctionnements

Deux mois seulement après la mise en place d’un gouvernement civil, cette démission révèle des dysfonctionnements dans l’appareil d’État. La démission rapide d’un ministre contraste fortement avec le contenu du discours du colonel Mamadi Doumbouya, le président de la transition, qui a assuré le 31 décembre qu’il ferait campagne pour le  » répartition des forces ».

Mais dans les faits, plusieurs hoquets ont été observés ces dernières semaines. En témoignent les critiques ouvertes du Premier ministre Mohamed Béaovogui au lendemain de la cérémonie présidentielle au cours de laquelle l’aéroport a été rebaptisé Ahmed Sekou Touré.  » Je suis surpris, malheureux et accablé  » a alors dit le Premier ministre, qui regrette de ne pas avoir été «  non consulté ou impliqué dans la prise de décision ».

Par sa démission et la fuite de sa correspondance avec la présidence, Fatoumata Yarie Soumah montre qu’elle aussi n’a pas été consultée par les autorités militaires. Pour le chercheur du Cabinet Fofana, ces incidents révèlent la mainmise de l’armée sur le gouvernement civil.

« Elle est symptomatique d’une sorte de malaise entre les militaires qui sont plus importants au sein de la présidence de la république et le gouvernement sur le contrôle de l’exécutif. La présidence de la république est détenue par le président Mamadi Doumbouya lui-même et son puissant secrétaire général de la présidence et si on regarde ses pouvoirs, c’est énorme. C’est vraiment un dysfonctionnement qui ne prononce pas son nom entre les membres du gouvernement et ceux qui détiennent la présidence de la république. »

De son côté, la toute nouvelle coalition de partis politiques se veut un espace d’observation et de scrutation des actions durant la transition.

.

#Guinée #ministre #Justice #limogé #remplacé #par #junte #pouvoir

The post Guinée : le ministre de la Justice limogé et remplacé par la junte au pouvoir appeared first on Cameroon Magazine.

Related posts

Leave a Comment

WayOut CM uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More