CAMEROUN ÉCONOMIE

Coup d’État au Soudan : l’UA suspend le pays de ses corps, les arrestations se multiplient

Coup d’État au Soudan : l’UA suspend le pays de ses corps, les arrestations se multiplient


Au terme d’une longue réunion, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a décidé de « suspendre » le Soudan des organes de l’UA jusqu’au retour au pouvoir d’un gouvernement de transition dirigé par des civils. Dans le même temps, les arrestations de civils se poursuivent à Khartoum.

Dans son communiqué final, publié dans la matinée du mercredi 27 octobre, le Conseil déclare : condamne fermement « La prise du pouvoir par les militaires et » rejette complètement le changement anticonstitutionnel de gouvernement « , qu’il décrit comme  » inacceptable Il demande au président de la commission de l’UA d’envoyer un émissaire à Khartoum pour engager un dialogue avec les acteurs politiques afin de « » rétablir l’ordre constitutionnel Il salue enfin la libération du Premier ministre, mais appelle à la libération des prisonniers politiques, dont des membres du gouvernement renversé.

Abdallah Hamdok est rentré chez lui mais était toujours gardé par l’armée

Le Premier ministre Abdallah Hamdok a bien été ramené chez lui mardi soir, mais il reste ‘ sous une surveillance plus stricte Son domicile se trouve à Kafouri, un quartier au nord-est de Khartoum, sur les rives du Nil Bleu.Selon des sources militaires, «  des mesures de sécurité ont été prises dans le périmètre C’est-à-dire que le Premier ministre limogé est assigné à résidence, explique notre correspondant à Khartoum, Eliott Brachet.

Lors de son deuxième discours, Abdel Fattah al-Burhan a tenté de rassurer la communauté internationale en assurant que le chef du gouvernement, qu’il a lui-même dissous, se trouvait chez lui au quartier général de l’armée. Burhan semblait en plaisanter, suggérant que les relations entre les deux hommes étaient au beau fixe. Le général a affirmé que le Premier ministre était en danger, c’est pourquoi il a été détenu. Mais malgré les appels incessants de nombreuses capitales à travers le monde, l’homme qui a orchestré le coup d’État au Soudan a finalement cédé.

► À lire aussi : Soudan : le général al-Burhan explique son coup d’État et interpelle Abdallah Hamdok. au

Abdallah Hamdok n’a toujours pas eu le droit de parole, mais s’est entretenu avec le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, mardi soir. Dans un communiqué de presse commun publié mercredi, les ambassadeurs européens à Khartoum ainsi que les ambassadeurs britanniques et américains demandent à rencontrer Abdallah Hamdok dans les plus brefs délais. Ils ajoutent qu’ils le considèrent toujours comme le Premier ministre légitime du Soudan et demandent la libération de tous les prisonniers politiques arrêtés depuis lundi.

Multiplication des arrestations

Connaître le sort de la personne qui a incarné la transition démocratique n’est pas le cas pour la plupart des représentants civils détenus depuis lundi matin. Aucune information sur leur lieu de détention n’a été filtrée. Et les arrestations continuent. Ce mercredi matin, les militaires et les forces de sécurité ont procédé à une vague d’arrestations sans précédent depuis leur coup d’État de lundi.

Outre les trois ministres dont les arrestations ont été confirmées en début de semaine, deux autres ministres ont été arrêtés mercredi matin. Il s’agit de Yasser Abbas, le ministre de l’Irrigation, et Oumar al-Najib, le ministre de la Santé.

Deux autres conseillers du Premier ministre ont également été arrêtés. Ils rejoignent Yasser Armane, conseiller politique en détention depuis lundi. Il y a eu également l’arrestation d’Ismail al-Taj, chef de l’Association des professionnels soudanais, ainsi que de plusieurs autres dirigeants des Forces armées pour la liberté et le changement. Les informations sur ces arrestations sont souvent confirmées par les familles et l’entourage des détenus.

Par exemple, Maryam Sadeq al-Mahdi, ministre des Affaires étrangères du gouvernement dissous et chef du parti Ummah, a confirmé l’arrestation de son frère Siddik, qui est également le chef de ce parti. Elle a déclaré lundi à RFI que «  les tentatives d’une partie pour imposer sa propre vision à l’autre est une bataille perdue d’avance et ne mène nulle part ».

La liste des arrestations de tous les hauts responsables des partis et mouvements politiques hostiles au coup d’État militaire est désormais très longue. Il rassemble également des avocats et des militants au sein des comités de résistance de quartier.

► À lire aussi : Analyse – Soudan : d’un équilibre politique précaire au coup d’État

.

#Coup #dÉtat #Soudan #lUA #suspend #pays #ses #corps #les #arrestations #multiplient

The post Coup d’État au Soudan : l’UA suspend le pays de ses corps, les arrestations se multiplient appeared first on Cameroon Magazine.

Related posts

Leave a Comment

WayOut CM uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More